• Entretien avec le créateur du Bottin des jeux linux
    Le site « Le Bottin des jeux linux » recense les jeux vidéo sous Linux. Il a été créé en 2007 par Serge Le Tyrant. Celui-ci, en voulant mettre un peu d’ordre dans sa base de données de jeux, a fini par en effectuer la refonte complète. Après un travail important de mise en forme et de mi... (Lire l'article)
  • Conférences audio et vidéo
    Retrouvez les conférences données lors des Ubuntu party ou d'autres événements, ainsi que les interviews par OxyRadio. (Lire l'article)
  • Entretien avec Aviv de l'équipe de Wildfire Games
    Pour ceux qui ne le savent pas encore, 0 A.D. est un jeu de stratégie en temps réel de guerre antique, développé par l'équipe de Wildfire Games, et qui a été complètement libéré en 2009. (Lire l'article)
  • Entretien avec Quentin Bolsée, le développeur de ColorCube
    Très récemment, Quentin a annoncé la disponibilité de son jeu : ColorCube, un jeu basé sur le Blender Game Engine. Entretien d'un jeune et talentueux développeur. (Lire l'article)
  • Pourquoi devriez-vous utiliser OpenGL et non DirectX ?
    Il y a quelques jours, sur le blog de Wolfire Games, est apparu un intéressant point de vue sur les raisons d'utiliser OpenGL. L'article étant fort intéressant, nous vous l'avons traduit, pour qu'il profite au plus grand nombre. (Lire l'article)
  • Entretien avec l'équipe des Landes Eternelles
    Suite à la sortie, il y a un peu plus d'un mois, de la nouvelle version du client de Landes Eternelles, un mmorpg multi plateforme, nous avons voulu interroger Ackak & Nati, deux des administrateurs du serveur. (Lire l'article)
  • Entretien avec l'équipe de Smokin'Guns
    Si vous nous lisez régulièrement, vous savez que toute l'équipe de jeuxlinux.fr est fan de Smokin'Guns. Plusieurs questions nous trotté dans la tête concernant la suite de ce jeu, et ce n'est autre que ReD NeCKersoN et Téquila, les deux piliers de l'équipe, qui vont nous donner les réponses. (Lire l'article)
  • Créer une course pour Tux Racer
    La création de nouvelles pistes dans les Tux Racer libres est une chose qui a été vraiment bien pensé. Même si elle ne permet pas de creuser des sous-terrains ou de régler l'orientation des objets par exemple, elle vous permettra de modéliser assez facilement et plutôt rapidement des courses... (Lire l'article)
  • Entretien avec Frictional Games
    Ce mois-ci, les développeurs de Frictional Games, à l'origine de la série des Penumbra, nous parlent de leurs jeux, de leur modèle de développement ainsi que de leur projets futurs. La série des Penumbra contient des jeux d'horreur d'une excellente qualité vous plongeant dans un univers noir... (Lire l'article)
  • Open Transport Tycoon
    Les jeux de gestion sont rares sous linux, trop rares au point qu'il n'existe même pas de catégorie gestion sur jeuxlinux. Ce genre de jeu demande de la profondeur et un sens du détail hors du commun. (Lire l'article)
Test
Mods
( 4 votes )

Majesty Gold


Auteur(s) de l'article : Sharpshooter - Date de parution : 21 février 2007

Majesty est un jeu de stratégie en temps réel développé par Linux game publishing sous licence de CyberLore et Microprose.



Présentation Présentation

Même si les graphismes et le concept ont un peu vieilli, Majesty propose un système de jeu original qui mélange la stratégie en temps réel (str) et quelques éléments de jeu de rôle.

A première vue rien de particulier ne distingue Majesty des jeux du même type sortis à la même époque : un monde médiéval fantastique, un chateau, un village à développer en construisant des bâtiments et bien entendu des troupes pour combattre de méchants ennemis.

PNG - 464.6 ko
Majesty
Le menu principal.

Le village

En tant que roi c’est à vous qu’il revient de développer le village en construisant des bâtiments. Il y a bien sûr votre chateau et les guildes qui permettent de recruter des troupes mais aussi une forge, un marché, une auberge, etc. La liste est particulièrement impressionnante. Tous ces bâtiments sont au service de vos héros qui viendront s’approvisionner, se soigner ou s’entrainer. Au fur et à mesure des habitations viendront s’ajouter sans votre intervention un peu comme dans Sim-City (ou Lin-City :)). La croissance de votre village fera également apparaître des bouches d’égouts et des cimetières, points d’entrée de différentes vermines comme les rats géants ou les squelettes.

L’arbre des constructions de Majesty est particulièrement complexe. Par exemple les maisons de jeu n’apparaissent que si vous avez déjà des elfes et une guilde des larrons (rogue’s guild). Certaines constructions s’excluent mutuellement comme les temples qui ne sont plus accessibles si vous avez construit un temple concurrent. De même, les nains, elfes et gnomes ne pouvant pas se supporter, il faudra choisir soigneusement entre les gnomes, bâtisseurs acharnés, les nains et leurs balistes ou les archers elfes.

PNG - 748.6 ko
Le marché
Très bon générateur de revenus, le marché est indispensable pour développer sa cité. A gauche on aperçoit les caractéristiques d’un héros.

Majesty est doté de bâtiments très originaux comme les maisons de jeu qui dépouillent vos héros de leur or, le hall des champions qui vous permet de focaliser l’attention de vos héros sur un type de créature ou l’ambassade qui recrute automatiquement des héros.

La seule ressource du jeu est l’or ; et vous n’aurez pas à aller le chercher, vos percepteurs se chargeant d’aller de bâtiment en bâtiment pour prélever les taxes et gonfler votre trésor. L’une de vos attributions sera d’ailleurs d’assurer la sécurité de vos percepteurs. Il est toujours désespérant de voir un de vos agents qui ramenait de l’or se faire assassiner à quelques mètres du château !

PNG - 776.7 ko
Le champs-clos
Le champs-clos (fairgrounds) est le lieu d’entrainement pour les héros. Pour cette fois le tournoi est réservé aux lanceurs de sorts.

Vos troupes

Les guildes vous permettront de recruter des chevaliers, des magiciens, des voleurs, des bardes, des elfes, des prêtres, etc. Cela vous rappelle quelque chose ? Gagné ! Chaque personnage dispose des caractéristiques de base d’un personnage de jeu de rôle : points de vie, niveau, or, équipement, sorts, etc. Chacun de vos héros est donc unique ; il gagne de l’expérience au combat, améliore ses caractéristiques, gagne de l’or et s’équipe.

Mieux encore, et c’est là où Majesty fait preuve d’originalité : vos troupes ne vous obéissent pas ! En effet chaque héros a une vie propre. Il ne combat que quand il se sent motivé pour le faire, part se soigner si nécessaire. Avec l’or gagné il va s’entraîner, s’acheter de l’équipement ou des potions, etc. Bref on a l’impression d’observer des personnages dirigés par un autre joueur et on se suprend à suivre tel ou tel héros pour voir ce qu’il va faire de son or durement gagné !

PNG - 791.6 ko
Les héros
Ces trois chevaliers en quête d’ennemis se font soigner par des prêtres d’Agrela. En bas à gauche le percepteur.

Mais alors ! me direz-vous, comment combattre les rats géants, squelettes et autres minotaures qui prennent un malin plaisir à venir attaquer le village ? La tâche n’est pas si simple. Votre rôle en tant que souverain est d’attribuer des primes sur des lieux ou des ennemis. Par exemple si vous proposez 1 000 pièces d’or pour la tête d’un minotaure il est probable que le plus courageux de vos chevaliers aille combattre pour gagner la prime. Si vous proposez 10 000 pièces, vous verrez la plupart de vos héros se diriger vers l’ennemi et combattre ensemble. Ils se partageront alors la récompense et iront la dépenser joyeusement dans vos commerces... ce qui génèrera plus de taxes et fera grossir votre trésor.

Vous ne contrôlez donc jamais directement vos troupes. Tout ce que vous pouvez faire c’est les inciter à attaquer ou explorer via le nerf de la guerre : l’or !

La magie

La magie se présente sous deux formes : les sorts que vos héros peuvent apprendre et ceux que vous pouvez lancer directement. Comme souvent, les lanceurs de sorts sont pitoyables en début de partie et très efficaces en fin. La panoplie des sorts dépend de la classe du personnage (mage, prêtre, sorcier, moine, guérisseur...). Après quelques minutes de jeu on peut apercevoir des héros qui se téléportent, d’autres qui se transforment en loup, des héros ressuscités ou des monstres devenus alliés et bien entendu des éclairs de toutes les couleurs.

La possibilité d’intervenir directement dans le jeu via des sortilèges permet parfois de sauver un héros ou de ralentir l’attaque d’une troupe de monstres.

Les cartes

Le jeux propose un ensemble de scénarios prédéfinis avec différents objectifs : gagner un maximum d’or en temps limité, construire un bâtiment précis, vaincre un ennemi... On regrettera juste que les cartes des scénarios n’aient rien de très stratégiques ; pas de relief, de zone particulièrement dangereuse ou de défi. On a toujours affaire à une étendue plate parsemée d’antres de monstres. Il existe un générateur de cartes aléatoires mais devant la platitude des cartes son seul intérêt est de permettre de faire varier les monstres, la difficulté et les objectifs.

PNG - 647.1 ko
Primes
Cet homme-rat menaçait ma forge mais une récompense de 1 000 pièce d’or sur sa tête a eu tôt fait d’attirer des héros à ses trousses.

A noter qu’il s’agit de la version Gold de Majesty c’est à dire qu’elle est livrée avec l’extension Northern Expansion ce qui double le nombre de cartes prédéfinies et allonge encore la longue liste de bâtiments disponibles.

Conclusion

Majesty a pris un coup de vieux mais il est toujours aussi intéressant. Sa gestion originale des troupes et le nombre de constructions disponibles en fait un jeu passionnant et d’une grande durée de vie. On peut regretter, comme pour tous les anciens jeux commerciaux sous Linux, que le prix de vente soit celui d’un jeu récent ($37 chez tuxgames).

Installation Installation

Un problème à l'installation ou à l'utilisation de ce logiciel ?
Consultez notre Faq !


Comme tous les jeux de Linux Game Publishing, Majesty s’installe très simplement en exécutant le fichier setup.sh depuis le cd-rom. Une interface graphique permet de mettre à jour le jeu automatiquement. Il est d’ailleurs fortement conseillé d’effectuer les mises à jour car la dernière en date ajoute deux nouvelles quêtes.

Une démo de Majesty est disponible à cette adresse. Le jeu est en vente notamment sur Tuxgames.

En bref En bref

- Développeur : Linux Game Publishing / CyberLore
- Genre : Stratégie temps réel
- Langue : Anglais
- Mode de jeu : Solo, Multijoueur en réseau (local ou Internet)
- Licence : Propriétaire
- Configuration :

Processeur PII 166 Mhz
Mémoire 48 Mo
Espace disque 410 Mo
Carte graphique 800x600 16bpp
Accélération graphique Facultative

Liens

- Site officiel
- Tux games

Portfolio